Que voir à Prague

PragueSurnommée la « Ville aux cent clochers » ou la « Ville dorée », Prague est sans aucun doute une des plus belles villes d’Europe avec un foisonnement incroyable de palais, d’églises, de musées, d’édifices et de monuments historiques.

Capitale des rois de Bohême et du Saint Empire Romain Germanique, Prague n’a pas cessé de s’embellir au fil des siècles, notamment sous le règne de la maison de Luxembourg avec l’empereur Charles IV et celui de la famille des Habsbourg.
Que ce soit sur la rive gauche de la Vltava (connue sous le nom de Moldau en allemand) avec le Hradčany (le Château) et la Malá Strana, ou sur la rive droite avec le Staré Město (la Vieille Ville) et le Nové Město (la Nouvelle Ville), Prague regorge d’édifices religieux et civils, monuments et statues.

Autant dire que visiter Prague ne se fera pas en un seul jour, la capitale tchèque ayant tellement de trésors à découvrir. Mais chacun l’abordera à son rythme, le temps d’un week-end pour découvrir ses principales attractions tout en prenant son temps ou pendant un séjour plus long pour explorer ses quartiers un à un.

Par où va-t-on donc commencer la visite de Prague ? Je vous suggèrerais de partir à la découverte de cette ville fabuleuse depuis la fameuse Place Venceslas puisque celle-ci se trouve à peu de distance de la Gare Centrale de Prague, gare desservie entre autres depuis Munich, Berlin, Dresde et les villes tchèques de Brno, Pilsen, České Budějovice (Budweis en allemand) ou Olomouc, ainsi que par la navette de bus Airport Express depuis l’aéroport Václav Havel.

De la Nouvelle Ville à la Vieille Ville

De la Gare Centrale on rejoindra la Place Venceslas dans le Nové Město en prenant le métro jusqu’à la station Muzeum ou en marchant pendant 500 mètres le long de la rue Washingtonova pour arriver devant le bel et imposant édifice de style néo-renaissance du Musée National de Prague qui, avec la statue équestre de Saint Venceslas (Venceslas Ier, Duc de Bohême), domine l’immense Place Venceslas qui s’étire sur 750 mètres de longueur sur 60 mètres de largeur.

Bordée de beaux édifices dont certains abritent des hôtels comme le très beau Grand Hôtel Europa de style Art Nouveau ou l’Adria Hôtel, le Palais Koruna, la Maison Wiehl de style néo-renaissance, le Palais Lucerna et ses restaurants, bars, boutiques et salles de concert. C’est aussi sur cette place que se trouve le mémorial à Jan Palach, un étudiant qui s’était immolé à cet endroit en 1969 pour protester par la soumission du Gouvernement tchécoslovaque à l’URSS.
Très animée, de jour comme de nuit, la Place Venceslas est en partie piétonne, permettant ainsi aux visiteurs de s’y promener tranquillement en flânant devant les boutiques de mode, prenant un verre sur les terrasses de café avant de se diriger vers des rues plus pittoresques de la ville.

Au bout de la Place Venceslas la rue Na příkopě à droite est une belle rue piétonne bordée elle aussi de nombreux édifices datant de la fin du 18ème au début du 20ème, la plupart abritant des magasins. Parmi ces bâtiments on remarquera le Casino Palais Savarin, un très bel édifice de style baroque qui comme son nom l’indique abritait jadis un casino.

En arrivant à la fin de la rue Na příkopě, vous verrez sur votre gauche deux des édifices les plus connus de Prague, la Tour Poudrière dont de début de la construction remonte à 1445 et qui marque la limite entre le Nové Město (Nouvelle Ville) et le Staré Město (Vieille Ville), une tour défensive reliée à la Maison Municipale, un magnifique bâtiment construit entre 1905 et 1912 sur l’emplacement de l’ancien Palais Royal des rois de Bohême.

La Maison Municipale de style Art Nouveau se présente en forme de V avec l’entrée centrale surmontée d’un dôme de cuivre et d’une mosaïque inspirée de Karel Špillar, donnant accès à la salle Smetana et abritant également un café, un restaurant, une brasserie, un bar à cocktail, une salle de bal et des salons de réception décorés par de grands artistes tchèques comme Mikoláš Aleš, František Ženíšek ou Alfons Mucha.
En face de la Maison Municipale vous pourrez voir le Théâtre Hybernia où sont donnés également de grands concerts dans cet édifice datant du début du 19ème siècle.

En passant sous l’arche de la Tour Poudrière vous parcourrez la Rue Celetná bordée de belles maisons comme celle du numéro 36 où quatre atlantes encadrent le porche d’entrée et semblent soutenir le balcon juste au-dessus. Ce ne seront pas les seuls que vous découvrirez puisque de nombreuses maisons cossues et palais sont ornés d’atlantes sur leur façade.
La Rue Celetná est bordée de jolies maisons aux façades repeintes avec des tons pastels, d’un Musée Grévin inauguré le 1er mai 2014 et d’un Madame Tussauds au numéro 6 ouvert un mois plus tôt; elle débouche sur ce que beaucoup considèrent comme la plus belle place de Prague, la Place de la Vieille Ville (Staroměstské náměstí).

La Place de la Vieille Ville est un véritable joyau, entourée de magnifiques bâtiments destinés à divers usages. C’est le cœur du centre historique de Prague et ne vous étonnez donc pas de vous retrouvez au milieu de la foule admirant ce bel ensemble architectural. Que ce soit par plaisir de se retrouver au cœur d’une des places les plus célèbres d’Europe, pour prendre un verre sur une terrasse de café ou pour découvrir un à un chacune de ses merveilles, autant dire que vous allez passer du temps sur cette place.

Parmi tous les édifices qui entourent la Place de la Vieille Ville le plus majestueux est sans doute celui de l’église Notre-Dame du Týn que vous aurez aperçu en venant de la rue Celetná. Construite à partir de 1380 dans un style gothique, l’église domine la place avec ses deux magnifiques clochers d’une hauteur de 80 mètres. La façade de l’église est cachée par deux belles demeures accueillant des restaurants et il faudra emprunter un passage traversant le Caffe Italia pour arrivée jusqu’à l’entrée bien cachée de cet édifice.

A gauche de l’église Notre-Dame du Týn, bordant la ruelle permettant de faire le tour de l’église et découvrir les maisons entourant l’ancienne Cour du Týn connue sous le nom d’Ungelt, on verra un bel édifice haut et étroit connu sous le nom de Maison à cloche de pierre (Dům U Kamenného zvonu) en raison de la sculpture d’une cloche sur sa façade principale. Ce serait dans cet édifice datant du 13ème siècle que serait né Charles IV, roi de Bohême et empereur du Saint Empire Romain Germanique.

A côté de ce bel édifice médiévale se dresse le Palais Kinský, un très beau bâtiment de style baroque dont la construction commença en 1717 et qui abrite aujourd’hui une partie des collections de la Galerie Nationale de Prague, celle présentant le paysage tchèque du 17ème au 20ème siècle, tandis que les autres œuvres d’arts sont réparties dans d’autres édifices comme le Couvent Saint-Agnès (à 600 mètres au nord-est), le Cloître Saint-Georges (dans l’enceinte du Château de Prague), le Palais Stenberg (près de l’entrée du château), l’immense structure moderne du Palais des expositions (le long de la rue Dukelských Hrdinů qui mène au grand centre culturel Výstaviště), les écuries du Palais Wallenstein situé dans la Malá Strana et qui abrite le Sénat, la Maison de la Vierge noire (située à l’angle de la rue Ovocný trh et de la rue Celetná prés de la Tour Poudrière), et le Château de Zbraslav situé à 14 kilomètres au sud de la Vieille Place.

En face du Palais Palais Kinský vous ne pourrez pas manquer le Monument à Jan Hus réalisé en 1915 par le sculpteur Ladislav Šaloun pour commémorer les 500 ans de la mort sur le bûcher le 6 juillet 1415 du précurseur du protestantisme, considéré en République Tchèque comme le symbole de l’opposition à l’oppression catholique allemande.

En poursuivant votre visite de la Vieille Place vous découvrirez au nord de la place une succession d’édifices tous aussi beaux les uns que les autres dont la plupart sont occupés par des boutiques de luxe comme les horlogers Bell & Ross, Omega, Cartier, ou le Ministère du Développement régional de la République tchèque.

Toujours dans le sens contraire des aiguilles du montre, c’est l’église Saint-Nicolas de Staré Město que vous découvrirez, à ne pas confondre avec l’église Saint-Nicolas du quartier de Malá Strana.
Consacrée en 1737, cette église de style baroque servit en 1865 de salle de concert avant d’être louée à l’Église orthodoxe russe en 1871 pour redevenir par la suite un lieu de culte de l’Église hussite tchécoslovaque en 1920.
Richement décorée de fresques et de statues en marbre, d’un lustre de 1400 kilos provenant des verreries de Harrachov offert par le tsar Nicolas II de Russie, l’église Saint-Nicolas offre tous les jours des concerts classiques.

Sur le côté ouest de la Vieille Place on pourra se reposer sur une belle place arborée (il fait parfois très chaud en été à Prague), une place située juste à côté de l’attraction préférée des touristes : la Tour de l’Horloge de l’Hôtel de Ville de Prague.

Autant dire que c’est la cohue autour de cette tour médiévale à chaque fois que sonnent les heures entre 09h00 et 21h00, tous les touristes voulant voir les douze apôtres défiler au-dessus du merveilleux cadran indiquant non seulement l’heure mais la position de la lune et du soleil ainsi que le saint du jour et autres signes astrologiques.
Selon la légende, Hanus de la Rose (Jan Ruse en Tchèque) aurait réalisé cette horloge astronomique en 1490 avant qu’on ne lui crève les yeux pour qu’il ne la reproduise pas ailleurs.

Que cette légende soit vraie ou fausse il faut avouer que l’horloge astronomique est une pure merveille, et si vous voulez l’admirer dans les meilleures conditions il est préférable de se lever tôt le matin, faire l’impasse sur le petit déjeuner offert par votre hôtel pour vous rendre sur la Place de la Vieille ville très tôt le matin. A cette heure, à part quelques touristes japonais, vous ne verrez pas grand monde sur cette place et vous pourrez vous en donner à cœur joie pour prendre les plus belles photos.

Puis vous poursuivrez votre visite en longeant l’Hôtel de Ville vers l’ouest pour rejoindre la Place Malé Náměstí (la Petite Place) entourée elle aussi de magnifiques maisons et au milieu de laquelle se trouve une belle fontaine entourée d’une grille en fer forgé datant de 1560.

De la Place de la Vieille Ville au Ghetto Juif

La Place de la Vieille Ville est un des joyaux de Prague, mais la capitale tchèque en a d’autres à vous proposer et se pose le dilemme du temps que vous avez à lui consacrer.
Si vous avez décidé de passer plusieurs jours à Prague vous poursuivrez votre visite au nord de la Place de la Vieille Ville en prenant la rue Pařížská (désolé pour tous ses accents) qui passe par le Quartier Josefov, l’ancien Ghetto juif de Prague.

La Rue de Paris est bordée de belles demeures abritant des joailleries, des boutiques de luxe (Dior, Hugo Boss, Gucci, Hermes, Louis Vuitton) et l’on découvrira dans ses rues transversales plusieurs édifices religieux juifs comme la Synagogue Maisel construite en 1592 dans la rue du même nom, la Synagogue Pinkas bâtie en 1535 le long de la rue Široká, la Haute Synagogue datant de 1577 et la Synagogue Vieille-Nouvelle construite en 1270 de part et d’autre de la rue Červená, ou la Synagogue Espagnole construite en 1868 sur l’emplacement de la plus ancienne synagogue de la ville datant du 11ème siècle. A côté de cette synagogue on découvrira un curieux monument dédié à Franz Kafka, l’écrivain pragois le plus connu au monde et dont la maison natale se trouve à côté de l’église Saint-Nicolas, à l’angle de la rue Kaprová et de la rue Maislová.

La rue Starého Hřbitova est sans doute la plus fréquentée des touristes qui visitent le Ghetto juif. Cette petite ruelle bordée de boutiques de souvenirs et le vieux cimetière juif de Prague conduit au Musée Juif de la Synagogue Klausen et l’édifice de style roman construit en 1908 pour abriter la nouvelle salle de cérémonie, un des bâtiments les plus photogéniques du Josefov.

Depuis le cimetière juif vous n’aurez pas beaucoup à marcher pour rejoindre le Rudolfinum situé au bord de la Vltava. Le Rudolfinum, c’est un magnifique bâtiment de style néo-renaissance inauguré en 1885 en l’honneur de Rodolphe d’Autriche, Archiduc d’Autriche et Prince héritier de l’Empire austro-hongrois.
A l’intérieur on pourra voir la Salle Dvořák où joue l’Orchestre Philharmonique Tchèque, et une salle d’expositions d’art contemporain. Dans les jardins entourant le bâtiment on reconnaîtra la statue du célèbre compositeur tchèque Antonín Dvořák dont l’œuvre la plus connue est la Symphonie du Nouveau Monde.

En face du Rudolfinum, entre la rue Listopadu et l’Ancien Cimetière Juif, un bel édifice de style Renaissance italienne construit en 1899 abrite le Musée des Arts Décoratifs ainsi qu’une belle bibliothèque, proche de l’Université des Lettres Charles dont la fondation remonte à 1348, et l’édifice de l’Académie des Arts Appliqués de Prague dont la construction a été réalisée entre 1882 et 1885.

Du Quartier Juif au Pont Charles

En continuant votre chemin jusqu’au bout de la rue Křižovnická qui longe l’Académie des Arts Appliqués vous arriverez au Clementinum, le plus grand ensemble architectural de Prague après celui du château.
Le Clementinum est un des hauts lieux historiques de Prague puisque le premier bâtiment qui y fut édifié au 11ème siècle est une chapelle dédiée à Saint Clément. Par la suite un couvent dominicain s’y installa en 1227, transformé en Collège Jésuite en 1556. Le Collège Saint Clément fut transformé en 1622 en Université jusqu’à ce que les Jésuites furent expulsés en 1773.
Le Collège Saint Clément abrite la Bibliothèque Nationale, le Musée des Mathématiques, la chapelle des glaces, un observatoire astronomique et une station météorologique datant du 18ème siècle.
Sur le côté sud du Clementinum et le long de la rue Karlova on pourra visiter un Musée Médiéval de la Torture et l’église Saint-Sauveur de Prague de style baroque construite par les Jésuites à partir de 1578 sur les fondations de l’église gothique dominicaine Saint Clément.

La Rue Karlova se prolonge à l’ouest par la principale attraction de Prague, le fameux Pont Charles permettant de relier la Vieille Ville au quartier de la Malá Strana en traversant la Vltava, la rivière qui traverse la ville et qui a été immortalisée par le compositeur tchèque Bedřich Smetana avec son poème symphonique intitulé « Vltava« .

Mais avant de traverser le Pont Charles on passera un peu de temps pour découvrir l’église Saint-François d’Assise de style baroque construite en 1688 sur les restes de l’ancienne église gothique et surmontée d’une belle coupole. L’église faisait partie jadis du Couvent des Croisés et possède une belle façade baroque avec des niches abritant plusieurs saints. A l’intérieur on admirera sa riche décoration intérieure et la magnifique fresque au plafond représentant le Jugement Dernier.

Juste à côté de l’église se trouve le Musée du Pont Charles qui vous permettra d’en savoir davantage sur ce pont construit entre 1357 et 1380 à la demande de l’empereur Charles IV pour remplacer le pont en bois qui reliait le Staré Město à la Malá Strana. C’est d’ailleurs la statue de Charles IV que l’on pourra voir devant le musée, une statue réalisée par le sculpteur allemand Ernst Hähnel et inaugurée en 1851 pour rendre hommage à ce souverain qui a tellement apporté à la ville de Prague.

Sur le côté gauche on verra un groupe d’édifices sur une sorte de presqu’île, des bâtiments abritant des restaurants, des bars, le Karlovy lázně annoncé comme la plus grande discothèque d’Europe et répartie sur 5 étages, et le Musée Bedřich Smetana occupant un très bel édifice donnant sur la Vltava.

Il est temps maintenant de franchir ce fameux pont, véritable symbole de la ville, en passant sous l’arche de la tour gothique de la Place des Croisés (Křižovnické náměstí), très ressemblante à la Tour Poudrière et surnommée la Tour Est en raison de sa situation à l’est du pont. C’est par cette porte que passe la « Voie Royale« , le chemin qu’empruntaient les rois de Bohême pour se rendre de la Vieille ville au château. Ceux qui se donneront la peine de monter au sommet de cette tour disposeront d’un magnifique point de vue sur le Pont Charles, les quartiers de Malá Strana, du Hradčany et du Staré Město.

Chef-d’œuvre de l’architecture médiévale, le Pont Charles mesure 516 mètres de longueur sur un peu moins de 10 mètres de largeur, traversant la Vltava avec ses 16 arches. L’empereur Charles IV lui-même aurait posé la première pierre de ce pont en 1357 (le 9 juillet 1357 à 5 heures et 31 minutes plus précisément selon les conseils de son astronome), et l’ouvrage d’art a été réalisée en grande partie par l’architecte Peter Parler à qui l’on doit aussi les sculptures de la Tour Est, quelques unes des belles statues qui ornent le Pont Charles et autres ornementations de la Cathédrale Saint-Guy.

Le Pont Charles s’est retrouvé rapidement au cœur de la vie de Prague. C’est de là que le vicaire de Prague Jean Népomucène fut jeté dans la Vltava, que l’empereur Ferdinand II exposa les têtes de 12 nobles qui s’étaient insurgés sur la Tour Est, que les troupes s’affrontaient pour prendre possession de la ville.
Aujourd’hui c’est surtout le point de passage obligé des touristes qui se rendent de la Vieille Ville au Château, des futurs mariés qui immortalisent leur union, des amoureux qui se promènent entre les nombreuses statues qui ornent le pont et dont la plus ancienne, réalisée en 1683 par Jan Brokoff, est celle de saint Jean Népomucène, canonisé plus de trois ans après avoir été torturé et jeté dans la rivière sur ordre du roi Charles IV qui voulait que ce dernier lui rapporte les confessions de la reine.

De la Malá Strana au Hradčany (le Château)

L’entrée du quartier de la Malá Strana est majestueuse avec ses deux tours reliées par une arche à l’extrémité ouest du Pont Charles. La Tour Judith à gauche est de style roman; bâtie au 12ème siècle elle faisait partie des fortifications de la Malá Strana tandis que la tour de droite (Tour Ouest) date de 1464 et ressemble beaucoup à la Tour Est et à la Tour Poudrière. Du haut de cette tour vous aurez également une belle vue sur le Pont Charles et une partie du quartier de la Malá Strana au pied du Hradčany.

C’est par la rue Mostecká que l’on commencera la visite du quartier de la Malá Strana, une rue très touristique avec ses boutiques de souvenirs, ses bars et ses restaurants qui mène jusqu’à la Place Malostranské (Malostranské náměstí) où se dresse la flamboyante église Saint-Nicolas de Malá Strana.
Auparavant vous aurez peut-être emprunté sur la droite des tours ouest la petite place Dražického náměstí qui vous permettra de rejoindre le Musée Kafka au bord de la Vltava après vous être perdu dans un dédale de ruelles très tranquilles.

L’église Saint-Nicolas fut construite entre 1703 et 1752 pour faire partie du couvent jésuite de Malá Strana. Avec sa coupole haute de 80 mètres et son clocher, ses façades richement décorées, elle est considérée comme un des chefs-d’œuvre de l’art baroque.
D’ailleurs l’ensemble du quartier de la Malá Strana a été surnommé la « Perle du baroque » même si certains palais qui s’y trouvent sont plutôt de style Renaissance.

Après avoir admiré les différents bâtiments qui entourent la Place Malostranské, l’Amour Hotel Residence situé dans le même édifice qui abrite le Starbucks Coffee devan l’église Saint-Nicolas, un des meilleurs endroits pour passer une nuit romantique à Prague, vous remonterez la Rue Nerudova bordée de restaurants et bars mais aussi de magnifiques palais de style baroque ou renaissance.

C’est en hommage au poète Jan Neruda que cette très belle rue a été nommée ainsi, un écrivain tchèque renommé du 19ème siècle né dans la Maison aux deux Soleils située dans cette même rue, et dont le célèbre poète chilien Pablo Neruda (Neftalí Ricardo Reyes Basoalto) a emprunté son nom.
Montant tranquillement la Rue Nerudova, vous pourrez admirer la façade de l’Ambassade de Roumanie avec ses deux atlantes supportant un balcon, l’Ambassade d’Italie avec deux aigles finement sculptés au-dessus de la porte d’entrée du Palais Thun-Hohenstein, l’église Notre-Dame Mère du Perpétuel Secours construite entre 1691 et 1717, et la maison de Jan Neruda avant d’arrivée en face de l’hôtel Golden Star dont certaines chambres offrent une vue splendide sur cette très belle rue.

De là, deux options s’offrent à vous pour poursuivre votre visite en direction du Hradčany, le quartier du Château de Prague : prendre la rue piétonne Ke Hradu sur la droite qui longe le Palais Schwarzenberg, ou monter les escaliers situés à droite de l’hôtel Golden Star pour arriver en face du Palais Toscan (Toskánský palác) qui abrite le Ministère des Affaires étrangères.
Dans un cas comme dans l’autre vous arriverez sur la Place Hradčanské ou Place du Hradčany offrant un magnifique panorama sur sur un des plus beaux ensembles architecturaux de Prague.

Le Palais Schwarzenberg et le Palais Toscan ne sont en effet que deux des magnifiques édifices qui entourent cette vaste place donnant accès au château proprement dit. On y verra aussi le Palais de l’Archevêque, un magnifique édifice de style renaissance, le Palais Sternberg de style baroque qui abrite une partie des collections de la Galerie Nationale, le Palais Martinic et sa magnifique façade renaissance, le Palais Hrzán qui abrite le Ministère des Finances, l’immense Palais Czernin de style baroque et le monument à Tomáš Masaryk, premier Président de la République de Tchécoslovaquie en 1918, faisant face à l’entrée du château qui abrite la Présidence de la République.

Une fois dans la Première Cour dont la Porte Matthias est gardée par des statues de géants redoutables, vous vous retrouverez dans le plus grand château médiéval du monde.
Un porche vous fera découvrir la Deuxième Cour du Château donnant accès à la Pinacothèque, les écuries, les Jardins Royaux et la Chapelle Sainte-Croix.
Un autre porche situé sur le côté gauche de cette cour vous permettra d’atteindre la Troisième Cour, débouchant juste en face de la porte d’entrée de la Cathédrale Saint-Guy.

Construite entre 1344 et 1420 par les architectes Mathieu d’Arras et Peter Parler, la Cathédrale Saint-Guy est une merveille de l’art gothique avec sa Tour Sud culminant à 96 mètres de hauteur au-dessus de la magnifique Porte d’Or et sa mosaïque représentant le Jugement Dernier. Au sommet de cette tour se trouve la Cloche Sigismond installée depuis 1548, une cloche pesant 18 tonnes, la plus lourde de tout le pays.
Si la cathédrale est impressionnante vue de l’extérieur, et pratiquement impossible à photographier dans son ensemble depuis la cour où elle se trouve, l’intérieur est éblouissant avec ses vitraux dont l’un a été réalisé par le célèbre artiste tchèque Alfons Mucha. On y admirera aussi la Chapelle Saint-Venceslas et ses belles fresques murales où se trouve le tombeau du saint patron de la République Tchèque, la crypte où reposent plusieurs membres de la famille royale dont trois des principaux rois de Bohême, Charles IV, Venceslas IV et Rodolphe II, et surtout le splendide tombeau en argent de Saint-Jean Népomucène réalisé par Ignaz Franz Platzer.

La Troisième Cour permet également d’accéder à l’Ancien Palais Royal dont la construction remonte à 1135. C’est dans ce château que se trouve la Salle Vladislav réputée pour son impressionnante voûte gothique réalisée à la fin du 15ème siècle par l’architecte Benedikt Rejt, lequel a réalisé également la magnifique église Sainte-Barbe de Kutná Hora, à 80 kilomètres de Prague.

Puis la visite se poursuivra avec la découverte de la Basilique Saint-Georges de style roman sur la place du même nom. Édifiée à partir de 920, c’est un des premiers lieux de culte chrétien à Prague.
Sur la droite de la basilique la rue George vous fera passer devant l’Établissement des Nobles Dames, le Palais du Burgrave et le Palais Lobkowicz avant d’atteindre les Jardins Fürstenberg dont une partie est recouverte de vignes, offrant un magnifique panorama sur la Malá Strana et la Vieille Ville.

Mais avant de sortir de l’enceinte du château il ne faudra pas oublier de prendre une ruelle située au nord de la rue George (sur votre gauche en rejoignant les jardins) afin de découvrir une des attractions les plus appréciées des touristes à Prague, la fameuse Ruelle d’Or.

En arrivant dans la Ruelle d’Or vous aurez sans doute l’impression de vous retrouver dans le monde fabuleux des sept nains de Blanche Neige en découvrant ce passage très étroit bordé de toute petites maisons colorées. Ces maisons étaient occupées à l’origine par les archers du roi qui défendaient les remparts situés entre la Tour Blanche et la Tour de Dalibor. Puis ces maisonnettes furent habitées par la suite par des artisans sous le règne de Rodolphe II, certains d’entre eux seraient des alchimistes chargés de créer de l’or à partir d’autres métaux, d’où le nom de cette fameuse ruelle. Mais en réalité la Ruelle d’Or était surtout habitée par de pauvres gens puis par des artistes qui trouvaient les lieux magiques. C’est d’ailleurs au numéro 22 de la Ruelle d’Or que se trouve la maison où Franz Kafka a vécu quelques mois.

Au bout de la Ruelle d’Or un escalier vous permettra d’atteindre la Tour de Dalibor qui faisait partie des fortifications du château et où l’on découvrira des cachots et de profondes oubliettes au fond desquelles étaient descendus les prisonniers.
A peu de distance de la Tour de Dalibor se dresse la Tour Noire qui était vraisemblablement une des portes d’entrée des anciennes fortifications datant de 1135.

Pour terminer la visite du Château de Prague on ne manquera pas de se promener dans les Jardins Royaux créés en 1534 par l’empereur Ferdinand Ier de Habsbourg, découvrant le Belvédère Renaissance de la Reine Anne, la Salle du Jeu de Paume, la Ménagerie et de belles sculptures.
Des escaliers permettent ensuite de descendre tranquillement du château pour rejoindre la rue Pod Bruskou et la Fontaine située près de la station de métro Malostranská. De là deux options se présentent : soit vous décidez de prendre le métro pour rejoindre la Place Venceslas et terminer votre visite, soit vous poursuivez votre chemin tout droit vers la rue lužického semináře qui vous conduira au Musée Kafka et les Tours Ouest du Pont Charles.

De la Malá Strana à la colline de Petřín

En venant du Musée Kafka et en vous dirigeant vers les Tours Ouest du Pont Charles, prenez la rue Na Kampě qui passe sous le pont et permet de rejoindre l’île de Kampa séparée de la Malá Strana par la Čertovka.
L’île de Kampa est une oasis de tranquillité que certains surnomment la Venise de Prague en raison de son atmosphère particulière, la roue à aube du Moulin du Grand Prieur, ses cafés et restaurants le long des berges de la Vltava ou de la rue Na Kampě, le beau Palais Liechtenstein abritant un conservatoire de musique, le Musée Kampa et son étrange collection d’art moderne exposée à l’air libre, son grand parc ombragé qui attire les amateurs de pique-nique.

A l’ouest de cette île, sur la Place du Grand Prieur (Velkopřevorské náměstí) vous découvrirez le Palais Buquoy datant du 17ème siècle et abritant l’Ambassade de France, juste en face du Mur de John Lennon où les touristes du monde entier viennent y écrire leur propre message de paix et d’amour.
A moins de 300 mètres à l’ouest du Palais Buquoy se trouve l’église Notre-Dame de la Victoire bâtie sur l’emplacement d’une chapelle dédiée à la Sainte Trinité pour célébrer la victoire des catholiques lors de la Bataille de la Montagne-Blanche le 8 novembre 1620.

Cette église est située au bord de la rue Karmelitská qui rapidement change de nom pour s’appeler Újezd, une artère que vous emprunterez pendant 300 mètres pour découvrir sur votre droite (à l’ouest) l’entrée du funiculaire qui vous amènera jusqu’au sommet de la colline de Petřín qui vous offrira un beau point de vue sur la ville.

La colline de Petřín est un vaste espace vert où vous vous promènerez si vous disposez de temps car il y a tellement de choses à voir à Prague que la visite de ces lieux n’est pas essentielle.
C’est cependant un endroit agréable avec de grands jardins, une sorte de « Tour Eiffel » (la Tour de Petřín) de 60 mètres de hauteur au sommet de la colline qui fut construite en 1891 pour l’Exposition Universelle de Prague et qui servira de mirador pour apprécier la vue sur la ville et la région, l’observatoire Štefanik pour admirer le ciel par temps clair, le Palais des Glaces construit également pour l’Exposition Universelle et qui rappelle l’ancienne porte gothique du quartier de Vyšehrad, et les vestiges des remparts (le Mur de la faim) que fit construire l’empereur Charles IV entre 1360 et 1362 pour défendre le Château.

Au nord-ouest de la Tour de Petřín on pourra visiter le Monastère de Strahov construit à partir de 1140, l’un des plus anciens de la République Tchèque. Après un incendie il fut reconstruit en 1258 dans un style gothique et il possède une des bibliothèques les plus anciennes d’Europe contenant des magnifiques manuscrits décorés d’enluminures, des cartes anciennes, des gravures datant de l’époque médiévale, des globes terrestres et de belles fresques ornant les salles de lecture.
On y admirera aussi la Basilique de l’Assomption de style roman lors de sa construction en 1140 puis remaniée dans un style gothique puis baroque au fil des siècles.

De la colline de Petřín à la Place Venceslas

De nombreux chemins permettent de se promener dans les immenses jardins de la colline de Petřín et de redescendre tranquillement vers les berges de la Vltava en longeant le quai Janáčkovo nábřeží (Quai Janacek) vers le sud en découvrant d’autres palais et demeures bourgeoises comme le Palais Janacek abritant un hôtel avec des chambres qui offrent une belle vue sur la rivière et ses îles : Slovansky ostrov ( l’île slave), Strelecky ostrov (l’île des archers) et Dětský ostrov (l’île des enfants).

Puis vous traverserez la Vltava en empruntant le Pont Jirásek (Jiráskův most) depuis lequel vous pourrez voir les autres ponts de Prague dont le Pont Charles et les bateaux transportant les touristes pour une croisière sur cette belle rivière.
En marchant sur ce pont pour revenir vers le quartier de la Nouvelle Ville (Nové Město), vous apercevrez la silhouette d’un des édifices les plus étranges de Prague : la Maison qui Danse.

Située sur la Place Jirásek (Jiráskovo náměstí), la Maison qui Danse est un édifice administratif qui a été construit en 1996 par les architectes Frank O. Gehry et Vlado Milunič. C’est son architecture audacieuse qui est à l’origine de son nom avec une tour de pierre et une tour de verre tordues représentant un couple de danseurs.
Autour de la Place Jirásek vous verrez d’autres édifices ayant beaucoup de style autour de la statue de bronze de l’écrivain Alois Jirásek, et le château d’eau Šítkovská sur la pointe sud de l’île Slovansky ostrov.

De la Place Jirásek vous pourrez prendre la rue Resslova vers l’est pour rejoindre la Place Charles (Karlovo náměstí), la plus grande place de Prague longue de 530 mètres sur 150 mètres de largeur. Sur le trajet, vous pourrez voir l’église Saints Cyrille et Méthode de style baroque construite en 1736, église dédiés aux deux frères considérés comme les « Apôtres des Slaves » et à qui certains attribuent l’invention de l’alphabet cyrillique utilisé dans de nombreux pays de l’Europe de l’Est.

La Place Charles ressemble plus à un grand parc de style anglais entouré de plusieurs édifices qui valent le détour comme la mystérieuse Maison Faust de style baroque et dont l’un de ses résidents était le comte Ferdinand Antonín Mladota de Solopysk qui y réalisait des expériences peu compréhensibles du grand public laissant à penser que celui-ci avait fait un pacte avec le diable.

Au sud de la Place Charles on découvrira l’église Saint-Jean Népomucène juste en face du Cloître d’Emmaüs (Na Slovanech) que fit construire l’empereur Charles IV en 1347 et où résida quelques années le célèbre astronome Johannes Kepler.

Ceux qui disposeraient de suffisamment de temps pour prolonger leur visite poursuivront un peu plus au sud pour découvrir le quartier du Vyšehrad où ils pourront voir les vestiges de l’ancien château d Vyšehrad datant du 10ème siècle, le Cimetière de Vyšehrad où reposent des personnages très connus comme Antonín Dvořák, Mikoláš Aleš, Alfons Mucha, Jan Neruda ou Bedřich Smetana. A côté du cimetière se dresse la Basilique Saint-Pierre-et-Saint-Paul, une des plus anciennes églises de Prague puisque sa construction a commencé en 1070.
On découvrira également dans ce quartier l’église de la Décollation de Saint Jean-Baptiste et la chapelle de Sainte Marie de Šancov, deux très anciennes constructions religieuses de la ville.

Sur le côté est de la Place Charles se dresse l’église Saint-Ignace de Loyola, un bel édifice de style baroque dont la construction remonte à 1665 quand les Jésuites décidèrent de bâtir un collège à cet endroit.
C’est au nord de la Place Charles que se dresse le très élégant édifice du Nouvel Hôtel de Ville (Novoměstská radnice) flanqué de sa belle tour gothique, l’ensemble ayant été construit entre 1377 et 1398 sous le règne de Charles IV.

Depuis le Nouvel Hôtel de Ville vous prendrez la rue Vodičkova pour rejoindre la Place Venceslas en passant devant le bel édifice de l’école de filles Vodičkova construit en 1867 dans un style néo-renaissance par l’architecte Ignac Ullmann, le Passage Lucerna sur la droite et son célèbre café avec la statue du cheval à l’envers, et quelques mètres plus loin sur la gauche un passage vers le très beau Jardin des Franciscains (Františkánská zahrada) donnant accès à l’église Notre-Dame des Neiges dont la construction remonte à 1347.
Vous pourrez ensuite ressortir de ce jardin par un autre passage donnant sur la Place Venceslas et profitez une dernière fois des lieux avant de quitter Prague.

Vidéo de Prague

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *