Que voir à Budapest

BudapestBudapest, la Perle du Danube, est née de la fusion entre Buda et son château surplombant le deuxième plus grand fleuve d’Europe, Pest sur la rive opposée et Obuda occupée jadis par les romains puis par les fameux Magyars, les fondateurs du Royaume de Hongrie.

Autant dire que Budapest est une ville chargée d’histoire avec un patrimoine architectural impressionnant qui témoigne de l’importance de la Hongrie en Europe Centrale. Palais prestigieux, églises, salles de concerts, cafés raffinés, monuments à la gloire du pays, thermes mondialement connus, il faudra prévoir du temps pour découvrir cette ville admirable, surtout si vous souhaitez profiter au maximum de votre séjour en faisant une croisière sur le Danube.

Pour arriver à Budapest vous n’aurez que l’embarras du choix puisque la ville est facilement accessible voiture grâce à une autoroute reliant la capitale hongroise à Vienne ou à Bratislava, en avion avec de nombreuses liaisons avec l’Europe, en train depuis Prague, Vienne, Bratislava ou Belgrade, et même en bateau grâce aux ferries faisant le voyage depuis Vienne ou Bratislava.

La plupart des touristes arrivent à la Gare de Budapest-Keleti (la Gare de l’Est) datant de 1881 ou à la Gare de Budapest-Nyugati (la Gare de l’Ouest) construite par l’entreprise Eiffel en 1877, cette dernière étant reliée par le train et le bus à l’aéroport international de Budapest Ferenc Liszt. Mais que vous arriviez dans l’une ou l’autre de ces deux gares, vous n’aurez aucune difficulté à rejoindre votre hôtel grâce au métro de Budapest, le plus ancien d’Europe après celui de Londres.
Si vous préférez le bateau, des hydroglisseurs et des ferries vous permettront de rejoindre Budapest depuis Vienne en quelques heures en navigant sur le Danube, en passant par Bratislava.

De la Place Deák Ferenc au Parlement

Pour commencer la visite de Budapest je vous suggère de la faire depuis la place Deák Ferenc (Deák Ferenc tér) très bien située à Pest (la partie basse de la ville sur la rive gauche du Danube), cette place étant reliée par trois des quatre lignes du métro (M1, M2 et M3), la ligne 3 venant de la Gare de Budapest-Nyugati et la ligne de la Gare de Budapest-Keleti.
Vous trouverez d’ailleurs dans les alentours de la place Deák Ferenc de nombreuses possibilités d’hébergements, que ce soit en hôtel ou en appartement.

Au nord de la place Deák Ferenc s’étend la grande place Erzsébet tér très agréable en été avec ses arbres qui apportent un peu de fraîcheur, et entourée d’édifices résidentiels et du très luxueux hôtel Kempiski Corvinus.
En poursuivant votre chemin vers le nord vous rejoindrez rapidement un des édifices les plus importants de la ville : la Basilique Saint-Étienne de Pest.

Construite dans un style néo-renaissance entre 1851 et 1906, la Basilique Saint-Étienne est un des édifices les plus imposants de Budapest avec sa coupole et se tours culminant à 96 mètres de hauteur. Vous pourrez d’ailleurs accéder à la coupole depuis laquelle une belle vue sur la ville s’offrira à vous.
La Basilique Saint-Étienne est dédiée au fondateur de la Hongrie, le roi Étienne Ier (István en hongrois) qui a régné de 1001 à 1038 et qui a été canonisé en 1083 pour avoir évangélisé le pays. Inaugurée par l’empereur François-Joseph Ier d’Autriche en 1938, c’est le plus grand édifice religieux de Hongrie après la Cathédrale Saint-Adalbert d’Esztergom située à 48 kilomètres au nord-ouest de Budapest. Impressionnante de l’extérieur, on admirera sa magnifique coupole à l’intérieur décorée de mosaïques, les statues de Saint Gellért, Saint Emeryka et Saint Étienne, la Maître-Autel avec la représentation de Saint Étienne gravée dans le marbre, et le coffret contenant la Sainte Dextre, c’est à dire la relique de la main momifiée du premier roi de Hongrie.

En continuant 300 mètres plus au nord depuis la place István tér, vous arriverez sur la place la plus importante de la ville, la Place de la Liberté (Szabadság tér).
C’est au début du 19ème siècle que cette place fut aménagée et on y verra tout autour de grands bâtiments comme celui de la Magyar Televízió (la Télévision Hongroise) occupant l’ancienne bourse, la Banque Nationale Hongroise, l’Ambassade des États-Unis, le Palais Dungyerszky et la Banque CIB. Au milieu de la place on pourra voir le Mémorial Soviétique rendant hommage aux soldats tombés lors de la libération de Budapest et le Mémorial des victimes de l’invasion allemande inauguré en 2014.
En face du Mémorial Soviétique en regardant vers la rue Vécsey on pourra voir la statue du Président américain Ronald Reagan et au fond la coupole de l’édifice le plus symbolique de Budapest : le Parlement Hongrois.

Il faut reconnaitre que le Parlement Hongrois (Országház) a fière allure avec sa façade néo-gothique le long de la rive gauche du Danube (façade que vous apprécierez mieux quand vous passerez de l’autre côté du fleuve). Construit entre 1885 et 1904, l’édifice s’étend sur 268 mètres de longueur et sa coupole centrale culmine à 96 mètres de hauteur, comme celle de la Basilique Saint-Étienne, nombre rappelant l’année 1896 qui célébrait les 1000 ans de l’arrivée des Magyars dans la région en 896.
Avec ses 691 pièces, ses 10 cours intérieures, ses 242 sculptures, des escaliers monumentaux avec des fresques réalisées par Károly Lotz, le Parlement Hongrois est une des attractions touristiques les plus appréciées des touristes qui pourront y découvrir à l’intérieur la fameuse Couronne de Saint-Étienne exposée sous la coupole de l’édifice, couronne offerte par le Pape Sylvestre II au premier souverain de la Hongrie.

La place Kossuth Lajos tér sur laquelle se dresse le Parlement Hongrois est bordée par de beaux palais de style néo-gothique et néo-baroque comme celui abritant le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural ou le Musée Ethnographique.
Abrité dans l’édifice qui accueillait jadis le Ministère de la Justice, le Musée Ethnographique propose une collection intéressante d’objets provenant du folklore hongrois, des poteries, des costumes et autres pièces dont certaines viennent de Slovaquie et de Roumanie. Mais c’est surtout la décoration intérieure du musée qui vous fascinera comme elle a impressionné Tom Hanks de passage à Budapest, certains édifices devant servir de décor à « Inferno », la suite de « Da Vinci Code ».

Du Parlement au Pont des Chaînes

Depuis le Parlement Hongrois on longera en suite le Danube en parcourant le quai inférieur vers le sud, ce qui vous permettra de voir sur l’autre rive (dans le quartier de Buda) l’église Saint-François d’Assise, l’église Sainte-Anne de Felsővíziváros, l’église calviniste, l’église Notre-Dame de l’Assomption et le Château de Buda.
Après 700 mètres de marche en regardant les bateaux de croisières et les bateaux restaurants amarrés au quai et en passant devant l’Académie Hongroise des Sciences occupant un bel édifice de style néo-renaissance, vous atteindrez la place Széchenyi István tér au bord de laquelle se dresse le Palais Gresham, un édifice élégant de style néoclassique construit en 1827 et qui abrite aujourd’hui un des hôtels les plus luxueux de la ville : le Four Seasons Hotel Gresham Palace Budapest.

C’est depuis la place Széchenyi István tér que l’on empruntera le fameux Pont des Chaînes gardés par deux lions de part et d’autre du pont le plus célèbre de Budapest.
Le Pont des Chaînes (Széchenyi lánchíd) est un pont suspendu de 375 mètres de longueur qui permet de relier Pest à Buda. Construit en 1849 par la société Lánchíd sur proposition du comte István Széchenyi, il est considéré comme un des plus bel ouvrage d’art de l’époque. Avec son tablier d’une longueur de 360 mètres soutenu par des chaînes reliées à deux arcs, le Pont des Chaînes est particulièrement apprécié des touristes, notamment la nuit quand l’édifice est illuminé.

Galerie de photos I

Visite de Buda, son château et du Mont Gellért

De l’autre côté du pont une grande rotonde donne accès à un tunnel qui permet aux voitures et aux bus de rejoindre le Château de Buda. Mais c’est à pied que vous vous rendrez vraisemblablement dans ce quartier, soit en grimpant la côte en empruntant de petits chemins ombragés ou en prenant le funiculaire qui vous mènera jusqu’à une esplanade depuis laquelle une superbe vue sur la ville de Budapest s’offrira à vos yeux.
C’est en 1870 que ce funiculaire a été inauguré et en 1986 il a été reconstitué à l’identique après sa destruction durant la seconde guerre mondiale, permettant aux touristes de grimper sans effort les 51 mètres de la Colline du Château.

Dès la sortie de la station du funiculaire vous serez émerveillé par les palais qui entourent l’esplanade qui offre un excellent point de vue pour les photographes.
Au nord on découvrira le Palais Sándor, un édifice de style néo-classique construit entre 1803 et 1806 par le comte Vincent Sándor et qui est devenu le résidence officielle du Président de la République en 2003 après avoir été totalement restauré.

Après avoir admiré le paysage depuis l’esplanade on rejoindra un des autres sites les plus touristiques de Budapest, le Bastion des Pêcheurs situé à 600 mètres au nord du Palais Sándor.
En arrivant sur la place Szentháromság tér on découvrira la très belle église Notre-Dame de l’Assomption de Budavár de style gothique et néo-gothique dont la construction a commencé en 1255. Connue également sous le nom d’église Matthias (Mátyás-templom) en l’honneur du roi Matthias Corvin Ier de Hongrie qui régna entre 1458 et 1490, c’est là que la plupart des souverains hongrois furent couronnés.
Transformée en mosquée pendant l’occupation ottomane et sévèrement endommagée pendant la reconquête par le prince Eugène de Savoie, l’église Notre-Dame de l’Assomption de Budavár fut reconstruite par les jésuites et c’est là que Frantz Liszt lui-même dirigea pour la première fois une de ses principales œuvres à l’occasion du couronnement de l’empereur François-Joseph Ier d’Autriche en 1867 : La Messe du Couronnement.

C’est derrière cette église que vous pourrez voir la statue équestre de Saint-Étienne réalisée en 1906 par le sculpteur hongrois Alajos Strobl dans la cour sud du fameux Bastion des Pêcheurs.
De style néo-roman, le Bastion des Pêcheurs a été construit entre 1899 et 1902 sur l’emplacement de l’ancien bastion défendu au Moyen âge par la Guilde des Pêcheurs.
Les édifices actuels ont été dessinés par l’architecte hongrois Frederick Schulek qui participa également à la restauration de l’église Matthias.
Aujourd’hui le Bastion des Pêcheurs est un des sites les plus appréciés des touristes qui découvriront un panorama exceptionnel sur la ville de Budapest depuis ses terrasses et ses tours.

On poursuivra la visite de Buda en se promenant dans ce quartier très agréable et très tranquille, notamment en empruntant la rue Fortuna bordée de bars, de restaurants et d’hôtels comme le Hilton Budapest, une rue qui vous conduira jusqu’aux Archives Nationales Hongroises en passant devant le Temple évangélique luthérien de Budavár.
Situé à côté de la Porte de Vienne qui est un des accès au quartier de Buda, l’édifice abritant les Archives Nationales Hongroises est un magnifique bâtiment construit à partir de 1874 et qui recueille plus de 63 millions de documents retraçant l’histoire de la Hongrie depuis le Moyen âge jusqu’à nos jours en passant par l’occupation ottomane.

A l’ouest des Archives Nationales Hongroises on découvrira d’autres édifices importants de Buda comme le Musée d’Histoire Militaire (Hadtörténeti Múzeum) occupant une ancienne caserne datant de 1847, la tour de l’ancienne église Marie-Madeleine datant du 13ème siècle et de belles maisons dans les rues Országház et Urí qui vous ramèneront vers la place Szentháromság tér (place de la Trinité) où se trouvent l’église Matthias, le centre culturel de la Maison de Hongrie (Magyarság Háza) occupant l’édifice de style néo-gothique de l’ancien Ministère des Finances, l’ancien Hôtel de Ville de Buda et une très belle Colonne de la Peste d’une hauteur de 15 mètres et représentant la Sainte Trinité.

Depuis la place de la Trinité vous rejoindrez l’esplanade où se trouve la station du funiculaire pour visiter l’immense Château de Buda connu également sous le nom de Palais de Budavár (Budavári Palota). Ce château qui servait de résidence aux rois de Hongrie n’a pas cessé de s’agrandir entre le 14ème et le 20ème siècle et l’on pourra voir les anciennes fortifications médiévales qui le protégeaient.
Auparavant c’est à Esztergom que le premier roi de Hongrie Étienne Ier résidait. Ses successeurs s’installèrent ensuite à Székesfehérvár et ce n’est qu’en 1244 qu’un premier château fut construit à Óbuda. C’est sous le règne de Charles Robert de Hongrie au début du 14ème siècle que la cour s’installa à Buda qui prenait de plus en plus d’importance.

Construit sur un éperon rocheux d’une hauteur de 170 mètres qui domine le Danube, le Château de Buda abrite aujourd’hui le Musée Historique de Budapest et la Galerie Nationale Hongroise qui possède une belle collection de peintures et de sculptures.
Dans les cours du château on pourra voir également de belles statues dont la statue équestre du prince Eugène de Savoie qui libéra Vienne et Buda des ottomans entre 1683 et 1686.

Au sud du château un chemin vous permettra de redescendre vers les rives du Danube en passant de la Tour Mace (Buzogánytorony) qui faisait partie des fortifications du Château de Buda et l’église Sainte Catherine d’Alexandrie pour rejoindre le quai Szent Gellért qui mène jusqu’aux fameux bains thermaux Gellért en passant devant l’église troglodyte Notre Dame des Hongrois près de la place Szent Gellért tér.
La distance pour faire ce trajet à pied est assez longue (un peu plus d’un kilomètre) mais des bus passent très fréquemment le long du quai pour rejoindre la place place Szent Gellért tér.

Les Thermes Gellért sont certainement les plus connus et les plus réputés de Budapest, notamment en raison de leur situation dans le centre historique de la ville, au pied du Mont Gellért (Gellért-hegy).
Depuis le Moyen âge les propriétés curatives des eaux thermales de Budapest étaient connues et un hôpital fut construit, lequel fut transformé en bains thermaux pendant l’occupation ottomane.
C’est entre 1912 et 1918 que les Bains et l’hôtel Gellért furent construits dans un style Art Nouveau pour offrir les thermes les plus modernes d’Europe, remplaçant les anciens bains de boue turcs.
Rénovés en 2008, les Bains Gellért disposent de plusieurs piscines alimentées par les eaux provenant du Mont Gellért, la plus belle étant certainement celle recouverte par une grande verrière.

Après avoir visité les Bains Gellért ou avoir pris le temps de vous délasser dans une de ses piscines, vous pourrez si vous avez du temps gravir le Mont Gellért où se trouvent l’église troglodyte, une statue de Saint-Étienne et des chemins qui vous permettront d’atteindre la citadelle datant de 1851 et la Statue de la Liberté qui domine la ville. Là encore, à 235 mètres de hauteur, un magnifique panorama sur le Danube, ses huit ponts et la ville de Budapest vous attend.

La Statue de la Liberté est loin d’être une merveille, reconnaissons-le, mais c’est un des symboles de la ville qui mérite d’être découvert puisqu’elle fut érigée en 1947 pour commémorer la libération de la Hongrie par les russes lors de la seconde guerre mondiale.
D’une hauteur de 14 mètres et juchée sur un piédestal de 26 mètres, cette statue de bronze représente une femme brandissant des deux bras une feuille de palmier.

Après cette escapade sur le Mont Gellért on redescendra tranquillement vers la place Gellért pour admirer le long du Danube le magnifique bâtiment de l’Université Polytechnique et Économique fondée en 1782 par l’empereur Joseph II d’Autriche. C’est dans cette université qu’étudia Ernő Rubik, l’inventeur du célèbre Rubik’s Cube qui affola la planète entière.
Pour mieux apprécier cet édifice on traversera le Danube en empruntant le Pont de la Liberté (Szabadság híd) assez ressemblant au Pont des Chaînes et construit en 1896. Atteignant près de 334 mètres de longueur on pourra voir sur ce pont des représentations en bronze du Turul, l’oiseau mythologique du peuple Magyar qui est présent également au Château de Buda.

Galerie de photos II

De retour à Pest jusqu’à la Place des Héros

De l’autre côté du Pont de la Liberté vous découvrirez sur votre droite le grand édifice des Halles Centrales de Budapest (Nagy Vásárcsarnok) avec la magnifique entrée de style néo-gothique, un bâtiment construit entre 1894 et 1897 par Samu Pecz et dans lequel vous vous promènerez avec plaisir en découvrant de nombreux produits locaux comme le Foie Gras de Hongrie et des vins délicieux comme le célèbre Tokay (ou Tokaji). Ce sera l’occasion pour vous de goûter au « vin des rois », c’est à dire un Tokaji réalisé avec des raisins vendangés tardivement et donnant ainsi des vins très doux. Ces vins doux appelés Tokaji aszú sont classés par unité appelée « puttony » et plus le nombre de « puttonyos » est élevé plus la concentration en « pourriture noble » est élevée… tout comme le prix.

Après cette visite très intéressante des Halles Centrales on aura le choix entre deux chemins pour revenir vers la place Deák Ferenc tér : le premier est un long chemin empruntant le boulevard Vámház (Vámház körút) jusqu’à la place Kálvin tér où se trouve le Temple réformé de Kálvin tér, puis le Boulevard Múzeum (Múzeum körút) qui passe comme son nom l’indique devant le Musée National Hongrois qui expose de très belles pièces relatant l’histoire de la Hongrie dans un très bel édifice néo-classique construit entre 1837 et 1847.

Puis vous poursuivrez votre chemin par le Boulevard Károly (Károly körút) en passant devant le Musée Juif Hongrois situé à proximité de la Grande Synagogue de Budapest construite entre 1854 et 1859 dans un style mauresque, la plus grande d’Europe et une des rares à posséder un orgue. Au bout du Boulevard Károly vous arriverez enfin à la place Deák Ferenc tér.

L’autre alternative c’est de longer le Danube par le quai inférieur de Pest (Pesti alsó rakpart) ou le quai de Belgrade (Belgrád rakpart) qui rejoint ce dernier juste avant de passer devant l’église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption dont le début de la construction remonte au 14ème siècle sur la sépulture de l’évêque Gellért, connu aussi sous le nom de Gérard de Csanád ou Gérard de Hongrie et principal artisan de l’évangélisation de la Hongrie auprès du roi Étienne Ier.

Le quai de Belgrade longe ensuite le quai Jane Haining nommé ainsi en hommage à la religieuse écossaise arrêtée par les nazis en 1944 et décédée un an plus tard au camp de concentration d’Auschwitz.
En poursuivant votre chemin vous passerez de l’immense hôtel Marriott, la salle de concert du Pesti Vigadó occupant un bel édifice de style néo-classique et romantique construit en 1833 et reconstruit en 1865 après avoir été incendié en 1847.

Juste à côté on pourra admirer l’imposant bâtiment de la Cour des comptes avant de tourner à droite pour vous retrouver de l’autre côté du Pesti Vigado, sur la place Vörösmarty tér où se dresse un des cafés les plus réputés de Budapest, le Café Gerbeaud (Gerbeaud Kávéház) fondé en 1858 et dans lequel vous dégusterez non seulement un bon café hongrois mais aussi d’excellentes pâtisseries au milieu d’un décor éblouissant.
De là vous n’aurez plus que quelques mètres à parcourir pour rejoindre la place Erzsébet tér et la place Deák Ferenc tér.

Mais votre visite de Budapest ne s’arrête pas là puisque c’est au nord-est de la place Erzsébet tér que commence la fameuse avenue Andrássy longue de 2,3 kilomètres et considérée comme la plus belle de la ville.
L’avenue Andrássy est en effet bordée de magnifiques édifices datant de la fin du 19ème siècle, ce qui lui a valu d’être classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.
C’est le comte Gyula Andrássy qui proposa de créer en 1870 une grande artère à l’image des grands boulevards de Paris, ville dans laquelle il séjourna quelques temps, et c’est le 20 août 1876 que l’avenue Andrássy fut inaugurée.

Si la longueur de l’avenue est assez longue, s’y promener à pied vous permettra de découvrir quelques uns des plus beaux édifices de la ville comme l’Opéra d’état Hongrois juste en face du palais Drechsler qui abrite l’Institut du Ballet Hongrois, à mi-chemin entre la place Erzsébet tér et l’Oktogon, une place octogonale comme son nom l’indique et qui croise le boulevard Teréz.

Au-delà de l’Oktogon on découvrira l’Ambassade d’Azerbaïdjan, l’Ambassade d’Espagne (dans la rue Eötvös), la Maison de la Terreur (Terror Háza), un musée qui rappelle les moments les plus durs qu’a subi la Hongrie avec l’occupation allemande et la soumission à l’Union Soviétique. A peu de distance, de l’autre côté de l’avenue, on verra les bâtiments abritant le Musée Liszt Ferenc et le théâtre de Marionnettes de Budapest (Budapest Bábszínház) avant d’arriver à la place Kodály körönd de forme circulaire et bordée par quatre palais dont celui abritant le Musée Kodály Zoltán dans l’ancienne demeure du compositeur hongrois.

A quelques mètres du Musée Kodály Zoltán se trouve le Palais de la Bourse de Budapest le Musée d’Art Asiatique Ferenc Hopp qui présente une belle collection d’objets asiatiques réunis par l’opticien hongrois Ferenc Hopp.
En poursuivant votre chemin vous verrez l’Ambassade de Russie, l’Ambassade de Corée, le Centre Culturel Russe, l’Ambassade de Turquie, l’Ambassade de France (près de la rue Lendvay), l’Ambassade de Serbie (dans la rue Dózsa György, avant d’arriver sur la Place des Héros (Hősök tere).

La Place des Héros est une immense esplanade bordée par le Musée des Beaux-Arts et le Műcsarnok qui abrite un musée d’art contemporain, deux beaux édifices de style néo-classique construits entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle. Le plus intéressant des deux est le Musée des Beaux Arts qui exposent des œuvres de peintres espagnols comme Goya, El Greco, Velasquez ou Zurbarán, de peintres flamands comme Pieter Brueghel l’Ancien et Jan Brueghel l’Ancien, de peintres allemands comme Albrecht Dürer et Lucas Cranach l’Ancien, de peintres italiens comme Gentile Bellini, Raphaël, Le Corrège et Giambattista Tiepolo, et de peintres français comme Cézanne, Corot, Delacroix, Daubigny, Gauguin, Manet, Millet, Monet ou Toulouse-Lautrec. Mais la collection la plus importante est celle du peintre hongrois naturalisé français, Victor Vasarely dont la plupart des œuvres ont été réparties entre les musées de Budapest et de Pécs.

Sur la Place des Héros se dresse le Monument du Millénaire célébrant l’arrivée des Magyars dans la plaine des Carpates en 896. Réalisé entre 1896 et 1906 par Albert Schickedanz, il s’agit d’une colonne de 36 mètres de hauteur dominée par l’archange Gabriel au pied de laquelle sont représentées les Sept chefs des Magyars : Álmos, Előd, Kendo, Ond, Tas, Huba et Tétény. On y verra également la statue d’Árpád le Conquérant, fils Álmos, qui conduisit les Magyars sur les terres conquises jadis par Attila et qui fonda la dynastie qui régna sur la Hongrie de 896 à 1301.
Derrière cette colonne un péristyle de 85 mètres de longueur sur 13 mètres de hauteur illustre l’histoire de la Hongrie avec de nombreuses statues dont la plupart ont été réalisées par György Zala.

La Place des Héros se trouvent à l’entrée d’un immense espace vert de 120 hectares connu sous le nom de Városliget, ce qui signifie en hongrois le « Bois de la ville ».
Dans ce grand parc urbain très populaire on y trouvera plusieurs attractions comme le Musée de la Technologie et des Transports présente une collection de locomotives et de wagons de l’époque 1900, des automobiles anciennes, un avion Junkers F-13, des tramways, des bus et autres modes de transports.

Visite du Parc de la Ville et retour vers la Place Deák Ferenc tér

Le Városliget propose également à ses visiteurs un parc d’attractions avec ses montagnes russes, un jardin botanique et un zoo, le Cirque de Budapest (Fővárosi Nagycirkusz) et la salle de spectacle Petőfi Csarnok, cette dernière devant être malheureusement démolie en 2016.
Près du Jardin Botanique on un des restaurants les plus réputés de la ville, le restaurant Gundel qui a ouvert ses portes en 1910 et propose des plats typiques de la cuisine hongroise comme la palacsinta, une crêpe très populaire en Europe Centrale.

Mais l’attraction préférée des touristes dans ce parc c’est le château Vajdahunyad construit en 1896 pour célébrer les 1000 ans de la conquête de la Hongrie par les Magyars. Ce château dessiné par l’architecte Ignác Alpár qui s’est inspiré de plusieurs châteaux de la région comme le Château des Corvin en Transylvanie (Roumanie), connu aussi sous le nom de Château de Hunedoara, présente différents styles architecturaux allant du Gothique au Romanesque en passant par le Renaissance et le Baroque. Situé au bord d’un étang où l’on peut y faire du pédalo ou de la barque, ce château abrite le Musée de l’Agriculture Hongroise.

Dans l’enceinte du château on remarquera une belle chapelle et son cloître ainsi que la statue d’Anonymus qui aurait été le chroniqueur du Roi Béla III à la fin du 12ème siècle et qui serait l’auteur de la Gesta Hungarorum, un manuscrit en latin qui relate la la conquête des Carpates par la dynastie des Árpád.

L’autre grande attraction du parc Városliget ce sont les fameux Bains Széchenyi, un des plus grands thermes thérapeutiques d’Europe, inaugurés le 16 juin 1913. Nommés en l’honneur du comte István Széchenyi, ces bains thermaux couvrent une superficie de 6220 m² et disposent de plusieurs piscines remplies par deux sources d’eau chaude coulant à 74 et 77°C.
Si auparavant les piscines étaient accessibles selon le sexe de ses visiteurs, elles sont maintenant mixtes et leurs eaux varient selon les bassins. Riches en sulfate, en calcium, en magnésium, en bicarbonate, en fluor et en acide métaborique, les eaux sont indiquées pour le traitement de nombreuses maladies et la température varie selon les bassins, l’établissement disposant de 3 piscines extérieures et 15 bassins intérieurs.
Ces bassins intérieurs comme les saunas et les salles de massages se trouvent dans de magnifiques édifices de style néo-baroque dessinés par l’architecte Győző Czigler.

Pour revenir vers la place Deák Ferenc tér vous pourriez à nouveau vous promener le long de la très belle Avenue Andrássy… si vous avez encore le courage de marcher. Mais la solution la plus rapide et la plus intéressante c’est de prendre le métro de la Ligne M1 à la station Széchenyi fürdő qui vous y conduira en quelques minutes, découvrant une véritable relique du métro le plus ancien d’Europe après celui de Londres.
La Ligne M1 du métro de Budapest, appelée également Milleniumi Földalatti Vasút (la Ligne du Millénium puisqu’elle a été mise en service en 1896), suit le trajet de l’avenue Andrássy et a conservé ses anciens wagons. Vous pouvez pour le prix d’un seul billet descendre et monter du métro dans les différentes stations qui elles aussi ont conservé leur aspect d’antan, ayant ainsi l’impression de remonter le temps.

Une fois arrivé à la station Deák Ferenc tér vous pourrez ainsi passer votre dernière nuit à Budapest si vous avez choisi un hôtel ou un appartement dans le quartier, ou prendre une autre ligne de métro pour rejoindre les deux principales gares de la ville et poursuivre votre voyage vers d’autres destinations en Europe ou rejoindre l’aéroport de Budapest.

Galerie de photos III

Vidéo de Budapest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *